Les nouvelles formes de souffrance au travail

La souffrance au travail a toujours existé, notamment à travers la pénibilité de ce dernier. Mais se manifestent aujourd’hui d’autres formes de souffrance qui menacent l’humanité même du travailleur : financiarisation de l’économie au détriment de la production, précarité, conditions d’exercice rendant impossibles les tâches confiées,… aboutissant à une perte de sens.

L’action sanitaire et sociale, l’économie solidaire n’échappent pas à ce mouvement, qui transforme d’autant plus leur positionnement que celui-ci était initialement fondé sur des valeurs humanistes fortes, qui semblent laminées par ces nouvelles exigences. Il en est de même pour les structures récemment privatisées exerçant des missions de service public. La souffrance peut être liée au contact avec des usagers ou clients difficiles, telles les personnes elles-mêmes en précarité, mais les professionnels font état désormais d’un malaise en rapport avec les conditions du travail lui-même.

La notion de « risques psychosociaux » est à interroger : pour l’employeur, pour le salarié, pour le « bien commun » ? à quelle échelle, depuis une organisation particulière jusqu’à la remise en question de la valeur travail dans la société contemporaine ?

En quoi la psychanalyse et autres disciplines orientées vers la mise à jour des significations de l’évènement peuvent-elles proposer une lecture de ces évolutions susceptible de rouvrir la perspective pour les acteurs ?

OBJECTIFS

• Disposer de concepts permettant d’identifier de façon fine ces nouvelles réalités : quelle différence entre souffrance et violence au travail, harcèlement et dysfonctionnement de l’organisation du travail, problème institutionnel et évolution sociétale ?

• Pouvoir analyser ces situations en faisant la part des éléments objectifs et de sa propre implication.

• Retrouver autrement du sens à ses missions et une capacité d’action.

PROGRESSION

• 1er jour : La souffrance dans tous ses états

Présentations. Attentes.

Á partir d’études de situations, identifier les différentes réalités en termes juridiques et psychosociologiques.

En repérer les effets sur soi ou autour de soi.

• 2ème jour : Harcèlement et violences anonymes dans l’organisation

Présentation de situations permettant de bien différencier ces deux modalités majeures et d’en analyser les processus, tant sur le plan conscient qu’inconscient.

• 3ème jour : La question de la centralité du travail

Celle-ci est interrogée à la fois comme origine possible de la souffrance, comme nécessité pour l’existence psychosociale et comme élément de l’économie psychique de la personne.
Réinvestissements déjà effectués ou envisagés dans les pratiques.

Bilan de la formation.

 

Ce contenu a été publié dans Formations programmées, Modules d'approfondissement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.